mouse
« Regarde ! J’ai une dent qui bouge ! » s’exclame ma nièce Jasmine du haut de ses six ans.
« Génial ! Tu vas la mettre sous ton oreiller pour que la petite souris vienne la prendre ? »
« UNE SOURIS ??! Dans mon LIT ???! »
Alerte au cafouillage transculturel ! Corrigeons vite, avant que la petite nous fasse des insomnies à répétition, terrifiée à l’idée que son lit se transforme en repaire de rongeurs amateurs de dents.
« La fée ! Je voulais dire la fée ! La gentille fée des dents ! »
Personne ne connaît vraiment l’origine de la petite souris et de la fée des dents, mais il se pourrait qu’elles viennent d’un conte français du 17e siècle de Madame d’Aulnoy intitulé La Bonne Petite Souris, où une fée se transforme en souris pour défendre une bonne reine contre un méchant roi.
Jasmine a fini par se remettre de son choc, qui n’était pas le premier : sa tatie lui avait une fois raconté, tenez-vous bien, qu’à Pâques, ce sont des CLOCHES qui amènent le chocolat, pas un lapin. Et puis quoi encore ?
Photo de souris de PixCat

De | 2016-04-07T20:05:40+00:00 5 novembre 2009|Culture|5 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

5 Réaction

  1. Patricia novembre 5, 2009 à 9:37

    Merci pour la cure de jouvence, Céline! Cela me rappelle des souvenirs d’enfance par lesquels je compatis avec ta nièce. Alors que mes camarades de maternelle
    (américaines)me racontaient les visites de la fée, ma mère (française) m’annonçait celle de la petite souris – hurlements garantis.
    Après les cloches et le chocolat, tu auras peut-être à expliquer pourquoi les bébés outre-Atlantique arrivent par “livraison cigogne” alors qu’en France, les garçons naissent dans les choux et les filles dans les roses!

  2. jean-paul novembre 6, 2009 à 6:35

    Une voisine française a dit, un jour, à des amis anglais: “My little finger told me!” (Mon petit doigt me l’a dit!). Devant l’incompréhension manifeste des Britanniques, je me suis permis de venir à sa rescousse en précisant: “She means ‘a little bird told me’!”

  3. céline novembre 6, 2009 à 8:21

    Je suis sûre que le temps des malentendus est loin d’être passé avec Jasmine… Jean-Paul, d’une certaine manière, “a little bird told me” pourrait bien faire référence au doigt! Voir http://en.wikipedia.org/wiki/Finger_%28gesture%29

  4. Dominique décembre 2, 2009 à 10:46

    C’est un peu bizarre que vous connaissiez le lièvre de Pâques, parce que c’est plus une légende germanique que vraiment française. Comme je suis un peu alsacien sur les bords et lorrain de l’autre bord, cela a fait partie de mon “identité culturelle”, mais c’est inconnu par une grande partie des Français qui croient eux aux cloches. On a eu une ou deux discussions à ce sujet dans mon blogue (le lien s’affichera en cliquant sur mon pseudo). Même en ayant la même langue maternelle, nous pouvons avoir des références culturelles différentes, cependant je m’étonne que la Béarnaise ou Basque que vous êtes la possédiez alors que votre enfance s’est passée dans un lieu diamétralement opposé dans l’hexagone à la mienne.

  5. céline décembre 2, 2009 à 10:49

    Ah, c’est un lièvre, pas un lapin ? Je ne connaissais que les cloches avant de débarquer au Royaume-Uni, donc votre hypothèse est juste : les habitants du sud-ouest et du nord-est ne partagent pas toujours les mêmes références.

Les commentaires sont fermés.